Connexion | Inscription

Notre microbiote nous manipulerait-il ?

Publié le 2020/08/04 par Jean Andris

           Le microbiote intestinal, c’est l’ensemble des bactéries présentes dans notre tube digestif. Elles sont tellement              nombreuses qu’on parle d’un organe particulier pour ce microbiote. Et il exerce une influence non négligeable                sur notre santé.

Notre microbiote intestinal serait capable, selon une étude qui vient de paraître, de modifier les effets de certains aliments et de certains médicaments sur notre organisme. Des chercheurs ont étudié la toxicité d’un médicament utilisé depuis longtemps dans le traitement de certains cancers, la 5′-fluorodéoxyuridine (FUdR). En fait, ils n’ont pas mené leur étude sur l’homme mais sur un minuscule vers appelé Caenorhabditis elegans. Ce petit animal sert depuis longtemps de modèle aux recherches dans de nombreux domaines.

Jusqu’à la mort

Dans les recherches présentes, le ver était colonisé par une bactérie habituellement présente  dans le tube digestif de l’homme,  Escherichia coli (E. coli) et les chercheurs ont testé deux substances entrant dans la composition de de nombreux aliments, la thymidine et la sérine. Ces deux substances sont impliquées dans le métabolisme de l’ADN.

Il s’est avéré que les deux substances testées, manipulées par le microbe E. coli, ont induit dans le ver des modifications fonctionnelles qui ont conduit à sa mort. Chacune des deux substances testées a agi par des mécanismes différents.

Une grande différence

Il y a bien loin, certes, entre l’homme et son alimentation complexe, d’une part, un petit ver d’un millimètre de long se nourrissant de bactéries, d’autre part. De plus, notre microbiote intestinal est composé de milliers d’espèces bactéries différentes. Et encore, à côté du microbiote, fait de bactéries, il y a dans notre intestin des virus, des champignons microscopiques et des parasites.  Mais l’expérience qui vient d’être publiée nous montre que la relation entre un organisme et son alimentation est bien plus complexe qu’il n’y paraît.

D’après un communiqué de la Société française de Nutrition

Source : Ke W et al. Dietary serine-microbiota interaction enhances  chemotherapeutic toxicity without altering drug conversion. Nat Comm 2020 ; 11(1) : 2857.